Objectifs

Le projet « Pouvoirs de l’art : expérience esthétique, émotions, savoirs, comportements » vise à effectuer un inventaire historique et critique de la production théorique sur cette question, une exploration transdisciplinaire augmentée par l’apport des sciences cognitives et affectives, ainsi qu’une une synthèse théorique sous la forme d’un ouvrage dont on trouvera la description détaillée infra.

Ce qui correspond à trois visées principales :

  1. l’organisation et la publication d’un ensemble coordonné d’actions de recherche portant sur les rapports entre art, savoirs et comportement. Celles-ci sont organisées à la fois par l’exploration de notions clés comme l’empathie, la censure, la tonalité, ou la catharsis et un travail sur des champs historiques (le tournant XVII-XVIIIe siècles) ou artistiques (la fiction littéraire, le cinéma) que les théories modernes des émotions esthétiques peuvent contribuer à reconfigurer ;
  2.  la production d’un ouvrage de synthèse, Pouvoirs de l’art, aux éditions Armand Colin, visant à proposer un bilan des grandes perspectives synthétiques et un vocabulaire spécifique d’analyse des émotions esthétiques ;
  3. la mise en ligne d’une base bibliographique et documentaire numérique sur les émotions artistiques comportant un ensemble de textes de référence et la version numérique d’une partie des travaux réalisés durant le projet.

On cherchera ainsi :

  1. à proposer une cartographie conceptuelle et un vocabulaire d’analyse des émotions esthétiques apte à favoriser les échanges et transferts disciplinaires ;
  2.  à mettre à la disposition de la communauté scientifique une bibliographie et des travaux de référence jamais encore regroupés jusqu’alors en langue française, en effectuant les traductions nécessaires pour cela ;
  3.  à interroger la fausse simplicité de concepts clés dont l’usage empirique commun appelle un travail de remise en perspective historique et géographique (la « catharsis », la vérité, la justesse, le « sublime ») ;
  4.  à explorer à nouveaux frais grâce au vocabulaire conceptuel de la théorie des émotions les questions de l’expérience, de « l’authenticité », de la hiérarchie des genres, de la censure, etc.) ;
  5. à renouveler nos outils critiques pour appréhender les inflexions contemporaines du champ littéraire et artistique (sortie de l’intransitivité, inflexion éthique, ambition cognitive).